• Du web dans votre business  !

    Découvrez comment tirer profit d'Internet en valorisant votre activité.

  • sérénité & performance

    Profitez de notre expertise et de notre expérience pour vendre en ligne en gardant la maîtrise de votre projet. Bénéficiez de notre service d'audit de performances et d'optimisation de votre boutique pour vendre vos produits en ligne dans les meilleures conditions.

  • UNE MULTITUDE DE SERVICES

    Attention vous êtes à quelques clics de devenir e-commerçant ! Laissez-vous séduire par nos solutions Internet sur mesure et demandez la clé de votre future boutique. Profitez de notre expertise pour passer à la puissance e-commerce en toute sérénité.

  • fidélisation client

    Une bonne stratégie commerciale n'est pas celle qui vend mais celle qui donne envie de recommander !

  • Depuis 2005

    Coactis s'emploie à innover dans les technologies de l'information & de la communication. Nous proposons à nos clients de s’appuyer sur les réseaux pour développer leurs projets.

  • LE PARCOURS CLIENT...

    ... doit toujours commencer par une accroche qui retient l'attention !

  • EN E-MARKETING

    Pour convaincre le visiteur, nous avons appris qu'il fallait toujours afficher la photo d'une jeune et jolie femme.

emarketing vitaminé

E-MARKETING

emailing, market place, cash-back, affiliation

developpement sur mesure

développement

un service développement dédié à l'évolution de votre projet

solutions d'hébergement vitaminée

hébergement

un serveur dédié sans aucune limite de bande passante

suivis personnalisés

pour un maximum de contrôle sur votre boutique en ligne

L'e-commerce en 2015 - 4.8 out of 5 based on 71 votes
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 (71 Votes)

Vendre sur Internet en 2015 : quelles stratégies adopter?

L'e-commerce, un secteur épargné par la crise?

Si tout le monde s'accorde à dire que l'e-commerce continue sa croissance de manière imperturbable depuis plus de 10 ans, ce consensus résiste mal à l'heure d'établir des prévisions claires et chiffrées concernant l'évolution future du secteur. Quelles seront les nouvelles tendances pour cette année 2015 ? Quels seront les produits star de la vente en ligne ? Quelles évolutions du comportement des cyber-acheteurs sont à prévoir ? Quelles seront les leviers d'action les plus rentables ? Autant de questions auxquelles l'analyse du bilan global 2012 du secteur permet d'apporter quelques éléments de réponse...

Les nouvelles tendances de l'e-commerce : 4 secteurs en progression

Le made in France à la côte ! Pas seulement le vin, l'ensemble des produits issus de notre artisanat français sont à l'honneur cette année. Avec plus de 300 milliards de chiffre d'affaire, à travers plus de 960 000 entreprises, il représente dores et déjà une une part prépondérante de l'économie traditionnelle et laisse présager une marge de progression importante dans le secteur de la vente en ligne.

La culture, les médias et le divertissement connaissent également une forte progression autour de deux piliers fondamentaux de la vente en ligne, le prix, bien entendu, et la disponibilité.

L'équipement maison, longtemps en reste en terme de taux de conversion, est aujourd'hui bel et bien en train de s'imposer comme un des secteurs phare de la vente en ligne avec une particularité cependant : une chaîne de conversion plus longue que pour les autres secteurs, sans doute due au panier moyen du secteur, près de 2 fois le panier moyen constaté.

Enfin le secteur de l'alimentaire, également en progression grâce à deux éléments étroitement liés à la nature du produit : la simplicité et la rapidité de l'acte d'achat.

Devenir e-commerçant combien ça coûte?

Moins que ça ne rapporte ! Et c'est là tout l'intérêt ! En effet, on a tendance à systématiquement se poser la question à l'envers. Or, la logique des nouvelles boutiques qui voient le jour n'est pas tant la rentabilité mais la croissance. Il est un phénomène tout à fait normal : tenter de s'imposer dans la vente en ligne, sauf quand on a la chance d'être le seul sur un secteur particulier, passe nécessairement par une franche politique de croissance et cette croissance, qui peut coûter cher, fini par rapporter gros. On entend souvent ce chiffre alarmiste que seul 3 e-commerces sur 10 sont "rentables" mais on oublie de se demander si c'est bien la rentabilité qu'ils recherchent. En effet la plus part des e-commerçants réinvestissement 80 % des bénéfiques en développement, en opérations commerciales ou dans les autres leviers d'audience qualifiée et la logique est toujours la même : plus de visibilité, plus de clients pour plus de chiffre d'affaire.

Deux stratégies e-commerciales à l'étude :

La stratégie de la tête brûlée

Ne regardons plus notre CPC, passons l'ensemble de nos mots-clé en expression large, et augmentons nos enchères de 150%. Cette stratégie, aussi grossière soit elle, a bel et bien fait ses preuves. Elle a pour but d'étouffer la concurrence, et pour conséquence, d'augmenter significativement le taux de clic, le nombre de commandes, mais aussi et surtout le budget des campagnes de liens sponsorisés. Si dans une logique de développement d'activité, cette stratégie de la tête brûlée est toujours de mise, elle peut également être dévastatrice, surtout si elle est appliquée dans des périodes clés comme le mois de décembre ou les volumes de recherche et les intentions d'achat s'affolent. Imaginons simplement que vos concurrents optent en même temps que vous pour cette stratégie, le seul véritable gagnant dans l'affaire serait alors Google. Ne parlons même pas des conséquences sur votre trésorerie et sur votre retour sur investissement.

La stratégie du sous-marin.

A l'exact opposé de la stratégie de la tête brûlée, certains opterons sans doute pour la stratégie du sous-marin. En quoi consiste-elle exactement ? Vous ne gardez que vos 50 meilleurs combinaisons de mots-clé, ceux qui génèrent le plus de conversions, et vous ne touchez plus à votre budget Adwords. Vous constaterez très certainement une légère augmentation naturelle de votre chiffre d'affaire, tout en gardant un maximum de contrôle sur votre budget et votre retour sur investissement. Le seul risque encouru par cette stratégie, est celui de ne pas réaliser votre réel potentiel de vente sur des périodes clé de l'année. Pour emprunter une image à un autre secteur en vogue ces derniers temps, cette stratégie du sous-marin reviendrait à se coucher avec une paire de valets avant même de voir le flop. Les bons joueurs de poker vous le dirons, c'est dommage ! Alors quelles autres options nous reste-t-il?

Analyse comportementale des cyber-acheteurs : quelles évolutions ?

Des acheteurs de plus en plus mobiles

Le m-commerce est en pleine progression, rien de neuf sous le soleil. De plus en plus de boutiques en ligne s'équipent à la hâte de versions mobiles de leur shop sans pour autant se pencher réellement sur le comportement de cette nouvelle topologique d'acheteurs. Un phénomène est dores et déjà à prévoir : les acheteurs potentiels utiliseront de plus en plus leurs nouveaux smartphones et autres tablettes reçues à Noël, mais pas nécessairement pour finaliser un achat pour lequel l'ordinateur fixe du salon reste la plateforme privilégiée. Est-ce à dire que le m-commerce n'est pas encore suffisamment mature ou ergonomique pour bénéficier de la confiance globale des cybers-acheteurs pour transformer leur intentions d'achat en actes d'achat ? Il est là un pas que nous nous garderons bien de franchir.

Une chaîne de conversion de plus en plus longue

Parallèlement à ce développement du canal mobile pour la vente en ligne, se dessine une chaîne de conversion de plus en plus longue et difficile à tracker. Les cybers-acheteurs n'ont jamais été particulièrement fidèles dans leurs choix de boutiques en ligne, généralement le moins cher finissait toujours par l'emporter, mais il s'avère qu'aujourd'hui les acheteurs consultent en moyenne 5 sites avant de finaliser un acte d'achat. Si on rajoute à cela la tendance à utiliser son mobile pour faire des recherches et son fixe pour finaliser une commande, il devient très délicat de tracker correctement ses visiteurs. Voici en résumé ce qu'on constate :

chaîne de conversion classique : annonce -> accueil / page produit -> panier -> acte d'achat

chaîne de conversion actuelle : annonce -> accueil / page produit -> avis consommateur -> concurrent > retargeting > panier > acte d'achat.

L'e-reputation au centre du processus décisionnel du client

Aujourd'hui plus de 90 % des clients sur Internet consultent des avis avant de finaliser une intention d'achat. Le client est devenu méfiant, exigent, il se renseigne abondamment avant de conclure une vente, et ce quelque soit le secteur concerné. Il est devenu indispensable pour l'ensemble des e-commerçants de mettre à disposition sur son shop mais aussi sur des sites réputés, les avis consommateurs mais aussi et surtout, de veille à la satisfaction de l'ensemble de ses clients.

Vous l'aurez compris le chemin de l'E-commerce en 2015 sera sinueux et plus complexe qu'auparavant. c'est pourquoi nous proposons chez Coactis de réunir dans une même formule l'ensemble des services nécessaires au succès de votre projet E-commerce.

Découvrez nos réalisations sur le site de notre agence web à Strasbourg..

Votre projet nous intéresse !

Calculez le ROI de votre boutique

Calculateur de retour sur investissement de boutique en ligne

services

newsletter

Nom
Email

À Paris

24 rue du groupe Manouchian

75020 Paris

contact@coactis.fr

service client : (+33) 952 35 35 13

En région

11 place Broglie

67000 Strasbourg

contact@coactis.fr

siège : (+33) 952 35 35 13